Imprimer la page Retour

WebForm
La sécurité sanitaire du vignoble dépend des plants de vigne et de leur qualité. Le BNIC vous informe des règles à respecter lors de la vente ou de l’achat de matériel végétal.
Achat de plants de vigne : les informations à connaître et les règles à respecter
08/08/2019

Les vins destinés à l'élaboration des eaux-de-vie de Cognac sont issus des cépages suivants : Colombard B., Folle blanche B., Montils B., Sémillon B., Ugni blanc B., et Folignan B. (maximum 10 % de l'encépagement pour ce dernier cépage).

1. Soyez vigilant sur le terme « Ugni blanc ».

Des clones ont été sélectionnés par la Station Viticole du BNIC spécifiquement pour la production de vins de base pour la distillation : n° 478 – 479 – 480 – 481 – 482 – 483 – 484 – 485 – 486 – 384 – 638.

Ce cépage est greffé sur des porte-greffes choisis pour leur adaptation aux sols charentais : Fercal, RSB, SO4, 161-49, R 140 …


L’Ugni blanc, originaire d’Italie, est un cépage très répandu et il existe sous de très nombreuses dénominations dans d'autres pays, ce qui peut induire en erreur.

Il est également inscrit aux catalogues officiels des variétés de vigne des pays suivants : Bulgarie (« Yuni B. »), Chypre, Espagne, Grèce, Malte, Portugal (« Talia ») et Italie.


Viticulteurs, soyez vigilants ! Il existe en Italie d’autres « Trebbiano » qui ne sont pas de l’Ugni B. ! On recense, par exemple, les cépages : Trebbiano Abruzzese, T. Giallo, T. Modenese, T. Romagnolo, T. Spoletino...


En Italie, l’Ugni B. s’appelle « Trebbiano Toscano B. » ou « Biancame B. » ou « Procanino B. », ou « Bianchello B. ». Le catalogue italien propose une vingtaine de clones sélectionnés pour les productions italiennes de vin.


© BNIC / Stéphane CHARBEAU

2. Exigez le passeport phytosanitaire européen (PPE) et vérifiez la validité et les informations de ce document obligatoire qui garantit la sécurité sanitaire des plants de vigne.

Le passeport phytosanitaire européen (PPE) est un document officiel délivré aux établissements de production ou de revente de végétaux, enregistrés au Service Régional de l’Alimentation (SRAL), et faisant l’objet d’inspections phytosanitaires sur les végétaux soumis. Il n’est délivré que si les parasites de quarantaine listés, préjudiciables aux filières concernées, n’ont pas été détectés sur les végétaux concernés.

Le PPE concerne tous les végétaux hôtes, entre autres, de la bactérie Xylella fastidiosa*circulant dans l’Union européenne, dont la vigne.

Tout acheteur considéré comme utilisateur final, engagé professionnellement dans la production végétale, doit conserver les PPE des végétaux achetés pendant 1 an, et en consigner les références dans ses livres (article 9 de l’arrêté ministériel du 24 mai 2006 modifié; article D251-21 du Code Rural et de la Pêche Maritime).


Exemple d'étiquette PPE :


          Détails des informations à vérifier dans le PPE :


          Le PPE doit comporter 7 à 10 informations obligatoires, rédigées en langue française, et de préférence imprimées (article D251-17 du Code Rural et de la Pêche Maritime) :

          1. « PASSEPORT PHYTOSANITAIRE CE » (en lettres capitales)


          2. et 3. Code de l’Etat Membre et Nom de l’organisme officiel de contrôle (en lettres capitales) : « ONPVFR » (remplace progressivement « SPV-F »)


          4. Numéro d'immatriculation du producteur, revendeur ou importateur mettant en circulation les végétaux (dactylographié ou en lettres capitales) : ex. : « PL09999 »


          5. Numéro de série, de lot ou de semaine (dactylographié ou en lettres capitales) : ex. : « 3D0135 »


          6. Nom botanique : genre et espèce du végétal (dactylographié ou en lettres capitales) : ex. : « vitis vinifera »


          7. Quantité : ex. : « 15 »


* Xylella fastidiosa est une bactérie qui s'attaque à de très nombreux végétaux et peut causer des dégâts considérables (oliviers en Italie, citron au Brésil, vigne et amandiers en Californie, ...). Elle est transmise par de nombreux vecteurs (insectes piqueurs suceurs). C'est un organisme nuisible de quarantaine, réglementé à l'échelle européenne (annexe IA2 directive européenne 2000/29/CE). Il n'y a pas de traitement connu contre xylella.

Seul le traitement à l'eau chaude (TEC) est efficace.

Pour en savoir plus sur le PPE :


 

Imprimer la page Retour