Imprimer la page Retour

WebForm
Soucieuse de prendre en considération la préservation de son environnement, d’assurer de façon responsable sa pérennité et son développement économique, la filière Cognac déploie une démarche innovante d’accompagnement de ses viticulteurs vers une viticulture durable.
La filière Cognac défend une viticulture durable et responsable ! Serez-vous le prochain viticulteur engagé ?
15/02/2018

Cette démarche de « Référentiel Viticulture Durable Cognac » lancée fin 2016 est partie d’un constat simple : de nombreuses initiatives étaient menées au sein de la filière pour produire mieux et dans le respect de l’environnement sans être connues de tous ni partagées. Certaines restent par ailleurs à développer et à adapter selon les moyens, structures et contraintes des différentes exploitations (le bassin cognaçais compte plus de 4500 viticulteurs et une grande diversité de modèles).

Ce projet répond vraiment au besoin du terrain et des viticulteurs : disposer d’un outil qui permette de diffuser les bonnes pratiques et d’être accompagné concrètement et individuellement dans une démarche d’amélioration environnementale par de la formation et du conseil.

Le BNIC a lancé cette démarche en collaboration avec les Chambres d’agriculture de Charente et Charente-Maritime ainsi que l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) fin 2016 et s’appuie sur ses partenaires, dont l’UGVC pour le déployer. Objectif : engager 100% des viticulteurs, soit 4500 exploitants, dans une démarche de progrès d’ici fin 2021.
Ce véritable socle commun à la filière Cognac permettra de rendre nos actions encore plus efficaces pour l’environnement et plus explicites pour la société. Avec une philosophie : le partage et l’élan collectif !

À ce jour, plus de 1200 viticulteurs se sont engagés et formés au référentiel. Êtes-vous prêts à vous engager ?


© BNIC / Stéphane Charbeau
Pourquoi participer ? Comment s’engager ? Suivez le guide ! La démarche collective du « référentiel Viticulture Durable » repose sur l’engagement de chacun. Elle a été conçue par la Commission Technique du BNIC en lien avec la Commission Communication pour son déploiement. Voici ce qu’elle peut vous apporter concrètement :
  • Des échanges : ce dispositif va vous permettre de partager vos bonnes pratiques et vos initiatives lors de formations collectives, d’entrer dans un mouvement collectif pour construire la viticulture de demain et de bénéficier des retours d’expérience de chacun.
  • Une progression : vous pourrez faire le point sur vos pratiques et les exigences règlementaires, et vous serez accompagnés pour vous mettre aux normes environnementales dans le but d’aller plus loin, vers une certification environnementale reconnue.
  • La valorisation de vos efforts : s’engager c’est aussi faire connaître et reconnaître vos bonnes pratiques, disposer d’une certification environnementale reconnue, et promouvoir la dynamique d’innovation du vignoble de Cognac.


Une démarche progressive en 2 étapes, un accompagnement technique des viticulteurs
La démarche proposée comprend deux niveaux :

  • 1er niveau : un engagement accessible à tous via une formation

Pour s’engager, 1 jour suffit.

Il s’agit en effet de suivre une journée de formation gratuite et collective présentant la démarche, la certification environnementale de la filière et des échanges techniques.

Réunis en groupe de 10 personnes vous réalisez votre diagnostic individuellement via l’outil de diagnostic. Après une aide à la prise en main de cet outil, le formateur vous accompagne en faisant un point réglementaire et technique par grand enjeu et vous aidant à répondre aux différentes questions de l’évaluation (chaque chapitre comprend entre 5 et 30 questions). Cette journée est surtout l’occasion d’échanger sur les bonnes pratiques en matière de viticulture durable. Suite au diagnostic, l’outil calcule votre atteinte des objectifs et vous propose une liste d’actions à mettre en place dans une démarche de progrès.

L’inscription à ces formations se fait via les chambres d’agriculture de la Charente et de la Charente-Maritime.

  • 2ème niveau : vers la certification environnementale cognac

Les viticulteurs qui le souhaitent pourront prochainement s’engager dans une démarche de certification construite sur 3 thèmes : la biodiversité, la fertilisation et la stratégie phytosanitaire.
Pour l’obtention de la certification, un audit sera réalisé par un organisme certificateur indépendant, agréé par le Ministère de l'Agriculture. La certification Cognac sera compatible avec la certification Haute Valeur Environnementale.
Pour toute information sur ces questions, rendez-vous sur pro.cognac.fr !
  • pro.cognac.fr
  • Informez-vous sur les formations collectives, prises en charge par les fonds de formation d’une journée, organisées par les Chambres d’agriculture
  • Suivez et actualisez votre autodiagnostic et votre plan d’actions
  • Bénéficiez des documents techniques et réglementaires (nouveautés, journées techniques, dates de formations, démonstrations, fiches techniques, etc.)
  • Consultez le référentiel de certification et le plan de contrôle
  • Trouvez tous les contacts et informations utiles


Engagez-vous, formez-vous !



La filière Cognac continue à déployer son dispositif d’accompagnement vers une certification environnementale et le partage des bonnes pratiques.

Les formations collectives sont dispensées au sein des Chambres d'agriculture de la Charente et de la Charente-Maritime. Ouvertes à tous les viticulteurs et gratuites pour les exploitants, les formations se déroulent sur une journée entière, de 09h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00 ; pour un total de sept heures de formation et d’échanges.

Informations et inscriptions sur : http://www.charente.chambre-agriculture.fr/ ou sur http://www.charente-maritime.chambagri.fr/

Kévin Paris, 1 000ème viticulteur engagé !
Faites comme lui, engagez-vous !

Kévin PARIS a découvert, lors d’une session le 10 décembre dernier, qu’il était le 1000ème viticulteur à être formé au Référentiel Viticulture Durable. Viticulteur-bouilleur de cru à Saint-Fort-sur-Gironde, âgé de 30 ans, Kévin PARIS s’est installé en 2006 sur la propriété familiale transmise de génération en génération. Il a toujours été sensible à la question du développement durable et s’est notamment doté de pulvérisateurs confinés. Afin de poursuivre ses efforts vers une viticulture raisonnée, il a jugé primordial de participer à la formation.

Pour lui, cette journée fut l’occasion de constater qu’il est déjà bien avancé du point de vue du référentiel mis en place par le BNIC mais aussi, et surtout, de partager avec la douzaine d’autres participants ses bonnes pratiques, son engagement dans la démarche et de leur transmettre les premiers résultats constatés sur son exploitation. Désormais, Kévin PARIS envisage la certification.




Cet article rédigé par Laëtitia Four et Flora Clément du BNIC est paru dans le magazine UGNIC de février 2018.


Contact, renseignements

Bureau National Interprofessionnel du Cognac
05 45 35 60 90
vitidurable@bnic.fr

 

Imprimer la page Retour